Grâce au programme Erasmus+, les élèves de S19 ont participé à un échange avec l’IES Fernando Savater de Jerez de la Frontera, en Espagne.

Du 1er au 8 février 2024, accompagnés de leurs professeurs M. Le Guen et Mme Cobac, 21 élèves se sont rendus en Andalousie. Puis, du 13 au 19 mai derniers, ils ont reçu leurs correspondants à Auray et ses environs. Par la suite, ils ont répondu à un sondage réalisé en classe.

Les élèves de S19, Léane et Luna (élèves de 1ère en mobilité individuelle à Ronda) attendant leur vol pour Séville à l’aéroport Nantes Atlantique.
Les élèves de S19, Léane et Luna (élèves de 1ère en mobilité individuelle à Ronda) attendant leur vol pour Séville à l’aéroport Nantes Atlantique.

Quelles découvertes cet échange a-t-il permis ? 

Sur le plan gastronomique, la bonne nourriture espagnole et la diversité des plats tels que la tortilla de patata, le jambon serrano, le fromage, les churros, les croquetas, et de façon générale, la cuisine à l’huile d’olive ont retenu leur attention, même si certains ont parfois trouvé cela trop gras.

Ils ont pu apprécier les visites de Jerez et ses vestiges de l’époque musulmane, les villes de Séville, Cadix et San Fernando. Leur monument préféré est incontestablement la Plaza de España de Séville.

POIUGFD
JHGFCX
Ils ont été initiés au Flamenco grâce au cours dispensé par une ancienne élève du lycée de Jerez, devenue professionnelle. 

Ils ont appris des mots nouveaux et reconnaissent que ce sont les « palabrotas », les grossièretés, qu’ils ont retenues plus facilement. 

Ce qui les a frappés c’est que les Espagnols parlent beaucoup, fort et vite. Ils ont eu le sentiment que la religion avait une place importante dans leur vie, qu’ils sont plus croyants. On leur a parfois parlé de traditions religieuses comme le pèlerinage du Rocío.

KJH

Quelles différences as-tu observé entre nos deux pays ?

Les élèves ont été interpelés par les horaires et le rythme de vie des Espagnols : si nos voisins se lèvent plus ou moins aux mêmes heures que nous, ils mangent plus tard et finissent les cours plus tôt. Ils mangent plus souvent (5 fois par jour) et préfèrent grignoter du salé (jambon) plutôt que des bonbons. 

Nos élèves français se sentent plus matures que leurs correspondants et étaient surpris de constater que, pendant leur séjour à Auray, ceux-ci avaient du mal à se détacher de leurs parents. Ils les appelaient en effet souvent et longtemps.

Le style vestimentaire et surtout la façon qu’ont les jeunes Espagnols de porter leur sac à dos très bas est un autre aspect qui a retenu l’attention des Alréens.

Ils trouvent également leurs correspondants plus « trainards » qu’eux, pour se préparer le matin par exemple et, en général, lors des déplacements.

Quels sont tes meilleurs souvenirs ?

Presque unanimement, les élèves évoquent les moments où ils se sont retrouvés tous ensemble avec leurs correspondants, lors d’un après-midi au centre commercial ou surtout un week-end à la plage, au cours duquel ils ont pique-niqué, joué au foot, dansé, se sont baignés…

D’autres parlent de la rencontre avec leurs correspondants, familles et amis, des moments de complicité avec ceux-ci, des échanges qu’ils ont pu avoir à l’occasion de repas.

La météo, exceptionnellement agréable en ce début de février, a aussi beaucoup contribué à la réussite du séjour.

MLKJHG

Quelles difficultés as-tu rencontrées ?

Beaucoup soulignent leur difficulté à comprendre et se faire comprendre mais reconnaissent que « la barrière de la langue a été franchie » au bout de quelques jours. Un élève confie cependant qu’il a dû prendre une douche glacée car il n’avait pas compris les explications qu’on lui avait données sur le fonctionnement du mitigeur.

Un autre évoque ses difficultés à se réveiller le matin.

Pour ce qui est de l’accueil à Auray, plusieurs mentionnent leur frustration à ne pas pouvoir se réunir le soir après les cours, à cause de l’éloignement des différentes communes.

Que peux-tu dire de ta relation avec ton correspondant ? Et avec les autres jeunes participant à l’échange ?

Nos élèves ont été touchés par l’accueil chaleureux qu’ils ont reçu de la part des correspondants, de leurs familles et amis. Ils soulignent leur gentillesse, bienveillance et sociabilité. La plupart d’entre eux ont rapidement eu un bon contact avec l’ensemble du groupe et ont eu le sentiment qu’ils étaient « une bande de potes qui se connaissaient depuis longtemps ».

Certains se sentaient complices avec leurs correspondants mais moins bien intégrés dans le groupe, d’autres au contraires plus proches des autres Espagnols que de leurs correspondants, pas toujours ouverts à la discussion ou susceptibles.

Ils ont bien sûr gardé contact avec eux et plusieurs ont le projet de retourner à Jerez l’été prochain. S’ils sont conscients que « les différences culturelles peuvent perturber les relations », ils confient avoir beaucoup appris de leurs amis espagnols.

Merci à Erasmus+ d’avoir permis cette rencontre si riche en émotions.

POKJHV

Encore+ d'articles...

Bravo!

Les résultats aux examens pour nos élèves et nos étudiants sont les suivants : -baccalauréat général : 99.7% d’admis -baccalauréat technologique (STMG)...

Dépaysement en Finlande

Notre séjour de deux semaines en Finlande dans le cadre des mobilités individuelles Erasmus+ a été extrêmement enrichissant. Nous avons été émerveillées...

Clémence à Oegtgeest (Pays-Bas)

Bonjour, je suis Clémence Le Niniven en classe de P05 et j’ai été sélectionnée sur l’année 2023/2024 pour partir en mobilité individuelle...

Engagé pour l’environnement : compensation de l’impact carbone de notre site internet En savoir +